Créer un site internet

Polykystose Rénale (PKD)

 

   La polykystose rénale est une maladie héréditaire des chats persans et des races apparentées. Il ne s'agit pas d'une nouvelle maladie. Elle a fait l'objet de nombreux ouvrages et études depuis environ 30 ans. Depuis une dizaine d'année la PKD est identifiée comme étant une maladie rénale héréditaire  qui progresse lentement mais de façon irréversible. Cette maladie est due à un gène automosique dominant ( pas sur un chromosome sexuel).

   Les signes cliniques apparaissent tardivement : dépression, anorexie, perte d'appétit, polyurie, polydypsie et perte de poids. 

   La polykystose rénale est facilement diagnostiquée par échographie. Il n'y a pas de traitement spécifique. Il est semblable à celui donner à une insuffisance rénale chronique. Mise sous perfusion quelques jours en attendant que l'état du chat se stabilise., une alimentation spécifique pour chats ayant des problèmes rénaux constitue la majeure partie du traitement. Ces aliments de prescription contiennent une plus faible proportion de protéines et de phosphore que l'alimentation ordinaire. Pour les patients sévèrement atteints, le vétérinaire peut décider de prescrire en outre des inhibiteurs de cardialgie, une supplémentation en calcium ou des antibiotiques.

   Cette maladie entraine une hypertrophie des reins. Des kystes multiples sont présents bilatéralement, depuis la naissance et augmente lentement de taille au cours de la vie. Ils entraînent une réduction progressive de la fonction rénale. Les kystes peuvent varier en grosseur de moins de 1 millimètre à plus 1 centimètre. Des kystes ont d'été observés dans d'autres organes que le rein, comme le foie et l'utérus. Le rythme de croissance varient. En fait il varie d'un rein à l'autre chez le même chat, entre les parents et les descendants atteints, au sein d'une même fratrie et entre les lignées génétiques.

   Dans le cas d'une pathologie héréditaire dominante, le chaton héritera du gène défectueux de l'un des deux parents : il exprimera nécessairement la maladie. Dans le cas d'une pathologie héréditaire recessive , il faut que le père et la mère transmettent tous les deux le gène anormal pour que la maladie se manifeste. La transmission de la pathologie dépend également du fait que chaque parent soit homozygote, hétérozygote ou exempt de PKD. Il n'existe pas de "porteurs" transmettant la maladie sans l'exprimer.

          ❇ un parent PKD négatif + un parent hétérozygote : les chatons ont 50% de risque d'hériter de la PKD

          ❇ Mère hétérozygote + Père hétérozygote : les chatons ont 75% de risque d'hériter de la PKD

          ❇ les deux parents sont PKD négatifs : tous les chatons sont PKD négatifs.

   Une identification et un traitement précoces des animaux souffrant d'insuffisance rénale chronique. Aux premiers stades de la maladie, les reins sont de taille normale, et leur surface reste souvent normale. Au fur et à mesure que la taille et le nombre de kystes augmentent, les reins s'agrandissent, mais leur surface reste souvent normale. A un stade plus avancé, les kystes peuvent ressortir au delà de la surface rénale normale et la rendant irrégulière. Les canaux collecteurs peuvent apparaitre grossièrement déformés. A un stade avancé de la maladie, le parenchyme rénal est presque totalement remplacé par de nombreux kystes.

Pkd

 

        

   L'échographie est une technique d'imagerie sensible et non-invasive pour le diagnostic des kystes rénaux. Sa précision et sa fiabilité dépendent cependant de l'expérience des opérateurs exécutant et interprétant l'examen.

   Les caractéristiques échographiques des kystes rénaux comprennent :

          ▪un profil sphérique

          ▪des parois lisses aux marges nettement délimitées

          ▪aucun écho interne

          ▪la présence d'une transmission transversale (enrichissement acoustique postérieur à la lésion correspondant à la taille de la lésion).

Sources : docteur David S. BILLER/Pawpeds/recherches personnelles

Rédigé par la Baie des Coons

 

×